Media Mosaique

Mardi, 02 Septembre 2014
Accueil Actualités Canada Haïti/Diplomatie/Choléra: Montréal met de la pression sur Pierre-Richard Casimir

EnvoyerEnvoyer ImprimerImprimer PDFPDF

MONTRÉAL – Des Montréalais enjoignent l’État haïtien de se mettre aux côtés des victimes du choléra au lieu de prendre parti pour les Nations-Unies dont les soldats népalais sont accusés d'être à l’origine de l’introduction de l'épidémie qui a fait plus de 7 000 morts récemment en Haïti. Un délai ne dépassant pas la fin du mois de novembre a même été accordé au gouvernement Martelly/Lamothe en ce sens.

Dans une « lettre ouverte », adressée au chef de la diplomatie haïtienne, dont l’Agence de presse Médiamosaïque a obtenu copie, les animateurs du talk-show Paroles d’Haïtiens, une émission très écoutée de la radio haïtienne de Montréal (CPAM),  «mettent formellement en demeure l'État Haïtien d'engager des procédures en justice contre l'ONU dans le but d'indemniser les familles des victimes du choléra.»

Selon les signataires Jean Fils-Aimé, Jean-Ernest Pierre, Ismaël Rebert, «l'État haïtien est tenu d'appuyer et éventuellement de regrouper toute initiative individuelle ou de groupes visant ce but. Pour ce faire, un délai ne dépassant pas la fin du mois de novembre est accordé au gouvernement Martelly/Lamothe.»

Si d’ici-là, aucun geste n’a été posé par l’ancien consul dont ils ont rappelé le passage dans la métropole québécoise, «nous n'aurons d'autre choix que d'intenter une action en justice contre l'État haïtien qui aurait délibérément choisi de ne pas assister une population démunie face à une force d'occupation étrangère», ont-ils menacé.

Ci-dessous, l’intégrale de cette lettre ouverte


Montréal, le 27 octobre 2012

Lettre ouverte au Ministre haïtien des  Affaires étrangères, Monsieur  Pierre-Richard Casimir

Objet : Nos positions divergentes sur le choléra en Haïti
_____________________________________________


Monsieur le Ministre,

Les signataires de la présente lettre ouverte ont eu l’occasion de vous fréquenter, alors que vous étiez Consul Général d’Haïti à Montréal pendant plusieurs années. D’abord, permettez-nous de vous présenter nos plus vives félicitations pour les nouvelles fonctions auxquelles vous avez été appelé en Haïti. Puisse votre passage à la tête de la chancellerie haïtienne changer l’image floue de la diplomatie haïtienne!

À ce propos, que ce soit à titre de journaliste, d’intellectuel ou de directeur de la seule station de radio Haïtienne à Montréal, CPAM 1610 AM, nous avons tous vanté vos qualités et aptitudes d’homme ouvert d’esprit et qui a rempli ses fonctions avec une rare compétence. Vous avez, en effet, changé nos rapports avec le consulat général d’Haïti à Montréal par votre savoir-faire. Aussi, quand nous avons appris votre décision comme ministre de ne pas poursuivre l’ONU pour ses responsabilités dans l’éclosion et la propagation de l’épidémie du  choléra en Haïti, nous sommes-nous posé la question suivante : si le gouvernement haïtien abandonne le peuple à son sort, qui va le défendre? Or, c’est parce que l’impact d’une telle décision dépasse le cadre amical que nous avons décidé de ne pas rédiger un simple courriel à un ami, mais d’étaler au grand jour la problématique de la manière suivante.

Monsieur le Ministre, nous n’avons pas l’intention de reprendre ici ce que tout le monde sait déjà de la situation qui nous préoccupe, à savoir que le choléra avait disparu du territoire de la République d’Haïti depuis plus de cent ans et que la résurgence de cette épidémie coïncide avec la venue dans l’Artibonite d’un bataillon de Casques bleus népalais de l’ONU. Or, ce qui est digne de mention c’est qu’une enquête diligentée sur le terrain a révélé que la rivière Meye qui se jette dans le fleuve Artibonite a été contaminée par des excréments issus des latrines de ce bataillon de la Minustah.

De plus, toutes les études, y compris celle commandée par l’ONU sur la question, estiment que la souche de l’épidémie est asiatique, voire népalaise. Or, il est avéré que les premiers cas de diarrhées sont apparus dans ce campement des Népalais. Il faut noter aussi que votre décision fait fi des conclusions de chercheurs internationaux des États-Unis, du Népal et du Danemark qui ont affirmé, après analyses, que ce sont les Casques bleus de l’ONU qui ont propagé la maladie en Haïti.
Par ailleurs, Docteure Danielle Lantagne, celle-là même qui a été employée en 2011 par l’ONU comme un des plus grands experts mondiaux du choléra, vient, à la lumière de nouvelles preuves scientifiques, modifier significativement sa conclusion pour affirmer que la source de l’épidémie du choléra en Haïti serait partie du camp des Népalais de Mirebalais.

Monsieur le Ministre, l’avocat chevronné en vous sait très bien que pour entamer des procédures en réparation contre une institution ou un individu avec des chances de succès, il suffit d’établir la faute du défendeur, un préjudice subi par le demandeur et un lien causal entre la faute et le préjudice. Nous sommes donc en droit civil, on ne parle pas d’une preuve hors de tout doute raisonnable. Il s’agit ici d’une faute grave de la Minustah qui a entrainé plus de 10 000 victimes; ce qui fait dire aux spécialistes qu’il s’agit de la plus grande épidémie de choléra de ces dernières années.  Or, ces victimes  sont atteintes de la maladie par la négligence de l’ONU.

Paradoxalement, pendant que vous lancez la serviette dans ce dossier, des pays amis comme Cuba, des ONG comme UN WATCH demandent à l’ONU de s’excuser auprès du peuple haïtien et de dédommager les victimes du choléra qu’elle nous a importé.

Par ailleurs, les signataires de la présente ont rencontré un haut responsable de l’ONU dont nous voulons taire le nom pour l’instant. Interrogé sur la question, il nous a fait part de l’intention de son institution de dédommager les familles des victimes. Le problème pour lui consiste à définir un mode opératoire juste et équitable, compte tenu des difficultés de savoir qui est mort de choléra et quels sont les ayants droit dans chaque cas.

Dans les circonstances, les autorités haïtiennes ne doivent pas abandonner les victimes à leur sort. Au contraire, elles ont pour devoir de les accompagner dans leurs démarches contre l’ONU. On dit que l’ONU est en Haïti pour aider à la stabilisation d’Haïti. Mais ce statut lui confère-t-il le droit de semer le deuil dans notre pays? En outre, faut-il  comprendre qu’en accueillant cette mission les Haïtiens assument tous les risques que comporte une pareille mission, incluant celui de se faire tuer? La réponse s’impose d’elle-même. Au contraire, toute mission qui ne protège la vie des Haïtiens est contre-productive pour Haïti.

En terminant, Monsieur le Ministre, nous savons que les missions étrangères ne changeront pas le sort des Haïtiens. Nous en avons eu depuis la colonie et jusqu’à aujourd’hui. Un constat demeure : la situation des Haïtiens n’a pas cessé de se dégrader. Force est de conclure qu’il n’y a que les Haïtiens qui doivent faire quelque chose pour eux-mêmes. Pourtant, cette dernière phrase restera toujours une théorie tant et aussi longtemps que nous ne pouvons pas nous faire confiance mutuellement. Autrement, les masses haïtiennes auront toujours raison de ne pas avoir confiance dans leurs élites, puisqu’elles ont toujours été trahies, exploitées, bafouées par ces dernières. Pourtant, la situation est particulièrement triste, lorsque les masses semblent accorder plus de confiance aux étrangers qu’aux nationaux. Nous avons vu des Haïtiens se plaindre aux étrangers venus leur apporter main forte, lors du tremblement de terre de 2010, de l’attitude de leur président face à eux. Aussi, est-il encore temps pour le gouvernement de se ressaisir. S’il le fait, toute la communauté haïtienne (tant de l’intérieur que de l’extérieur) le supportera. Il en va d’abord de la survie des familles des victimes et ensuite du respect de tous les Haïtiens.

Aussi, par la présente, les soussignés mettent formellement en demeure l'État Haïtien d'engager des procédures en justice contre l'ONU dans le but d'indemniser les familles des victimes du choléra. De plus, l'État haïtien est tenu d'appuyer et éventuellement de regrouper toute initiative individuelle ou de groupes visant ce but. Pour ce faire, un délai ne dépassant pas la fin du mois de novembre est accordé au gouvernement Martelly/Lamothe. Passé ce délai, nous n'aurons d'autre choix que d'intenter une action en justice contre l'État haïtien qui aurait délibérément choisi de ne pas assister une population démunie face à une force d'occupation étrangère.

VEUILLEZ AGIR EN CONSÉQUENCE!

_________________________

Me Jean Ernest Pierre
Avocat, ingénieur de formation
Journaliste
Analyste politique
PDG de CPAM
Radio Union.Com
Montréal

___________________________


Mr. Ismael Rebert
Économiste, analyste politique,
ingénieur de formation


___________________________

Docteur Jean Fils-Aimé
gestionnaire de formation,
Pasteur

Lire aussi en réaction:

Pierre-Richard Casimir s'oppose à «toutes actions collectives contre l'ONU»





Ajouter cette page à vos réseaux
Reddit! Del.icio.us! Mixx! Free and Open Source Software News Google! Live! Facebook! StumbleUpon! Yahoo! Free Joomla PHP extensions, software, information and tutorials.
 
Bannière
Publicité
Bannière

Commentaires les plus récents

RSS

MosaïZOOM

 

Étudier au Québec: gain pour Haïti, déficit en vue pour les Dominicains

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) - Pourquoi payer aussi cher en République Dominicaine quand les étudiants haïtiens, qui sont nombreux à se former en territoire voisin, peuvent se procurer un diplôme universitaire de meilleure qualité (standard nord-américain) et en français au Québec? C’est ce qui ressort grosso d’une publication signée François Jean-Denis, un professionnel montréalais qui se spécialise dans le domaine de l’immigration au Canada.

 

TOP 20 de la Diversité: un Palmarès encore plus impressionnant pour 2013

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) - Une nouvelle cuvée du prestigieux palmarès des "Plus Grandes Personnalités de la Diversité de l'Année" a été  révélée officiellement le 31 décembre. Cet exercice passionnant, qui est à sa deuxième édition, est le fruit d'une vaste enquête au cours de laquelle les réalisations de plus d'une centaine de leaders ont été scrutées à la loupe.

 

«Être chinois» crée du buzz au Québec

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) - Salle archi-comble le 15 février dernier au Centre communautaire et culturel chinois de Montréal! Tant à l'extérieur que dans les escaliers, voire dans la salle ou se déroulait la grande première du film «Être Chinois au Québec», c'était la cohue. On pouvait dénombrer entre 500 et 600 personnes, avait constaté sur place l’Agence de presse Médiamosaïque.

 

La recette du «cube Maggi» pour des fesses rondes et sexy

MONTRÉAL - Les fesses super rondes exhibées par certaines Africaines ne seraient pas toutes «naturelles». Ce n'est pas une blague, des Congolaises, pour la plupart, se serviraient du cube Maggi, très utilisé dans la cuisine tropicale, par voie anale pour arrondir leur postérieur.