Bannière

Media Mosaique

Samedi, 03 Décembre 2016
Accueil

EnvoyerEnvoyer ImprimerImprimer PDFPDF

Par Valentine César*


FLORIDE - Les Etats Unis d’Amérique célèbrent une extraordinaire victoire en ce dimanche 1er mai 2011. Avec la mort Osama Ben Laden, c’est comme si l’administration de Barak Obama venait de triompher des "forces du mal" ou, tout au moins, de son leader emblématique.

Au-delà de ce que cet événement représente sur le plan historique pour l’Amérique, on ne peut que se réjouir sutout des circonstances qui ont voulu que ce soit ce président noir Barak Obama qui ait ordonné l’exécution de Ben Laden.

L’élimination de Ben Laden ne marque pas la fin de la guerre contre le mouvement terroriste, le président Obama l’a admis. Al-Qaida a déjà étendu ses tentacules un peu partout dans le monde. Ses disciples ont fait des milliers de victimes et continuent d’en faire d’innombrables autres par des attaques suicides. Mais l’annonce de la mort de Ben Laden, l’auteur intellectuel de l’attentat du 11 Septembre 2001 à New York, constitue un triomphe au goût si exquis.

Imaginez le nombre de chefs d’État qui souhaiteraient ce soir, être à la place de Barak Obama, pour annoncer à la face du monde, cette nouvelle combien importante. La nouvelle de l’exécution de Ben Laden arrive à un moment crucial de la présidence de M. Obama et même de sa campagne électorale déjà lancée.

Pourtant, la presse américaine refuse de lui donner son crédit. On parle de l'Amérique, on parle des parents des victimes, mais pas une fois on n'a parlé du leadership d'Obama dans l'opération. Ils ont préféré parler de la bravoure des forces d'élite, comme si ces fameuses forces d'elite n'existaient pas sous les deux administrations Bush.

Il entrera cependant dans l’histoire la tête haute. Et ceci en dépit des efforts concertés des membres du Tea Party et de tous les irréductibles qui n’ont jamais digéré l’accession d’un Noir au poste de président du pays. Ils ont tout fait pour essayer de le diminuer, de banaliser ses réalisations et par voie de conséquence son passage au pouvoir.

En effet, les détracteurs de Barak Obama n’ont jamais cessé de lancer des accusations les unes plus fantaisistes que les autres. Après avoir longtemps répandu des rumeurs sur sa religion, ils ont essayé de faire croire qu’il n’était même pas né sur le territoire américain (http://www.facebook.com/l/dd18dlDTfviuZ4ZrJF7Oytx-msA/ricain).

Au début le Président ne prêtait aucune attention à ces insinuations, pensant, peut être, que personne n’allait croire ces boniments. Mais c’était surestimer le niveau de compréhension de l’Américain ordinaire. Ce qui au départ ressemblait à une blague a suscité des débats à n’en plus finir. La dernière allégation en date est que Obama aurait été accepté à l’Université, juste parce qu’il est Noir mais non nécessairement parce qu’il était brilliant. Comme ses ennemis l’ont déjà contraint à produire l’original de son acte de naissance, peut être qu’il va devoir aussi présenter un relevé des notes issues par ses professeurs de l’Université. Quel manque de respect à l’égard d’un homme aussi remarquable pour son intelligence.

L’on se souvient qu’un certain président américain ridiculement célèbre pour ses nombreuses bévues n’a jamais eu à répondre à des questions relatives à son niveau académique. Au contraire, ils l’ont laissé diriger le pays pendant huit ans. Les opposants de Barak Obama ne sont pas nécessairement des “intellects”. Certaines des personnalités, qui, comme Donald Trump, par exemple, osent mettre en doute la compétence du président Obama, ne reposent leur arrogance que sur le montant de leur compte en banque.

Aujourd’hui, celui que l’aile radicale du parti Républicain essaie par tous les moyens éliminer politiquement,a toute les raisons d’être fier. Mais c’est avec beaucoup de simplicité et de sagesse que le président a annoncé au monde entier la mort de Ben Laden et appelé le peuple américain à s’unir pour le bien de la patrie commune.

 

*L'auteure est journaliste de profession et vit en Floride aux États-Unis d'Amérique

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés:


PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com Cr Google.(Sur l'image, en haut, le chef d'Al Qaida Ousama Ben Laden. En bas, le commandant en chef des Forces Armées américaines et président des USA Barak Obama en train d'annoncer la nouvelle de la mort de Ben laden à ses concitoyens et au monde entier).




Ajouter cette page à vos réseaux
Reddit! Del.icio.us! Mixx! Free and Open Source Software News Google! Live! Facebook! StumbleUpon! Yahoo! Free Joomla PHP extensions, software, information and tutorials.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière
Publicité
Bannière

Commentaires les plus récents

RSS

MosaïZOOM

 

Pourquoi le MosaïZOOM? Donald Jean, l'initiateur, répond (VIDÉO)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Quid du MosaïZOOM? Quelle en est sa portée? Le mieux placé pour en parler demeure bien évidemment l'initiateur de cette nouvelle affiche, en la personne de Donald Jean? En effet, selon le PDG de Médiamosaïque, cette initiative ''envoie un puissant message en termes de consolidation (du) positionnement'' de son organisation.

 

Luciano Del Negro nommé président du Conseil Éditorial de Médiamosaïque

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Luciano Del Negro vient d'être investi dans ses nouvelles fonctions de président du Conseil Éditorial de l'Agence de presse Médiamosaïque. L'annonce a été faite lors de la première édition du MosaïZOOM, le cocktail de la rentrée de la diversité, qui s'est déroulé à la Tour Banque Nationale le 20 octobre dernier à Montréal.

 

L'Agenda de l'année de la diversité dévoilé au MosaïZOOM (COMMUNIQUÉ)

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Coup d'envoi ce jeudi 20 octobre de la première édition du MosaïZOOM. L'événement, qui a eu lieu, comme annoncé, à la Tour Banque Nationale, s'est déroulé en présence d'un public ravi de l'initiative. Réalisé par l'Agence de presse Médiamosaïque et présenté par la Banque Nationale, le MosaïZOOM a levé le voile sur un chronogramme d'activités destinées à faire briller la diversité à travers le Québec et dans le Canada.  

 

Grand comeback du premier blogue de la diversité!

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Après avoir fracassé des records d'audience ou de consultations sur la plateforme de Médiamosaïque, le premier blogue de la diversité effectue son grand comeback cet automne. Avec une palette de thématiques et de nouvelles têtes d'affiche, le MosaïBLOGUE revient en force, et ce, pour la plus grande délectation des lecteurs.