Media Mosaique

Jeudi, 21 Août 2014
Accueil Arts et Spectacles Showbiz Gala SOBA, définitivement plus «whiteness que blackness»?

EnvoyerEnvoyer ImprimerImprimer PDFPDF

Conçu intitalement, comme son nom l'indique, pour valoriser et faire la promotion de la culture noire au Québec, le Gala des Prix SOBA (Sounds of Blackness Awards), dans sa quatrième version, s'est attiré les foudres de bon nombre d'artistes et d'observateurs de ladite communauté, a appris l'Agence de presse «Média Mosaïque».

 

Rachel Jeanty en furie

«C'est une véritable insulte. On avait enfin une chance de montrer au grand public ce qui se fait dans notre communauté. Mais en regardant les nominations, je n'avais pas du tout l'impression d'être dans un gala qui célèbre la culture noire», a dénoncé la chanteuse d'origine haïtienne Rachelle Jeanty, qui était en nomination dans la catégorie r'n'b, a rapporté le quotidien La Presse.

Mme Jeanty, d'illustrer, et nous la citons, «le premier prix de la soirée a été gagné par une Blanche (Florence K, artiste jazz de l'année). Et les seuls danseurs qu'on a vus de la soirée étaient blancs. On ne devrait plus appeler ça les prix SOBA, mais plutôt les prix SOWA: Sounds of Whiteness Awards!».

 

René-Frantz Durosel mal à l'aise

De son côté, celui qui a mis le Rwandais Corneille sur la mappe, René-Frantz Durosel, dont le protégé Gage a remporté le prix du meilleur artiste r'n'b, ne va pas, non plus, avec le dos de la cuillère. «On a l'impression que les organisateurs essaient de faire leur place dans le mainstream, mais qu'ils n'amènent pas leur culture avec eux dans le processus», a asséné Durosel.

«Je n'ai rien contre la diversité, mais cet événement doit servir à montrer autre chose que ce qu'on voit d'habitude à TVA ou Radio-Canada. Comme c'est là, je ne suis pas certain que cette formule soit vraiment pertinente», a poursuivi le producteur d'origine haitienne.

 

Carla Beauvais «perplexe»

Soucieuse de voir le Gala SOBA s'imposer au Québec, la relationniste et femme d'affaires, Carla Beauvais, dont l'entreprise «Groupe Style Communications» se charge de la promotion de bon nombre d'artistes de la communauté noire, révèle, de son côté, avoir «beaucoup hésité avant d’écrire» un article en ce sens sur son blogue pour ne pas mettre de l'huile sur le feu.

«Mais j’ai réalisé que je me devais de le faire pour le bien de ces artistes justement et pour cette scène que nous voulons voir rayonner. Il faut dire les choses haut et fort et donner une voix à tous ces artistes qui travaillent fort malgré les difficultés et les sacrifices que ça représentent. C’est loin d’être facile la vie d’artiste au Québec et ils doivent se battre pour garder bien vivante notre scène culturelle», a analysé Mme Beauvais qui refuse cependant de réduire la problématique à une question de couleur de peau.

Carla Beauvais, qui insiste de préférence sur «la culture noire», dit remarquer qu'«il y a eu beaucoup de frustrations à la suite de ce gala. Beaucoup d’artistes ont réagi vivement face à ce qu’ils ont vu (...) au Théâtre Outremont. Il y en a  même une qui s’est fait montrer la porte pour avoir crier un peu trop fort ce qu’elle pensait du gala. La question n’est pas de débattre des gagnants et ça il faut que ce soit clair. Le débat est beaucoup plus grand !»

Le collaborateur et photographe de l'Agence de presse «Média Mosaïque», Hubert Molaire, témoin de l'événement, a également fait part de sa «grande déception». M.Molaire trouve «bizarre de voir autant d'artistes évoluant en dehors de la communauté noire mériter autant de nominations» aux Prix SOBA. Il dit espérer que les organisateurs vont rectifier le tir l'année prochaine.

 

SOBA relativise 

Diffusée en direct pour la première fois à la télévision, via la chaîne «Musique Plus», la quatrième édition animée par l'animateur Philippe Fehmiu a offert, entre autres, six prix aux artistes Florence K et Lynda Thalie, (quatre à la première née d'une Québécoise et d'un père libanais et deux à la seconde une Arabe d'origine algérienne immigrée au Québec à l'âge de 16 ans).

«Un gala ne fait jamais l'unanimité... Tout ce que je peux répondre, c'est que nous récompensons les artistes qui contribuent au rayonnement de la culture noire en général. On ne va pas les prioriser parce qu'ils sont noirs, mais parce qu'ils sont bons, parce qu'ils se présentent bien ou parce qu'ils gèrent bien leur carrière, qu'ils soient underground ou non», a fait valoir Mark McKenna, porte-parole des prix SOBA.

 

MEDIAMOSAIQUE.COM: Articles reliés

 

 

PHOTO MEDIAMOSAIQUE.Com/Cr La Presse (Les gagnantes Florence K. et Lynda Thalie)

 

 

 




Ajouter cette page à vos réseaux
Reddit! Del.icio.us! Mixx! Free and Open Source Software News Google! Live! Facebook! StumbleUpon! Yahoo! Free Joomla PHP extensions, software, information and tutorials.
 

Commentaires  

 
0 #1 jane 2010-03-08 08:12 trop comiue il fallait se demander a uoi vous vous attendiez . nous ne sommes les organisateur du gala il est normal que les blancs cherchent a faire de l'argent avec notre culture . voyez vous notre culture est comme une drogue ce fut la meme chose a l'epoue des ecrit biblique recuperer pour etre revendu a la masse . moi personellement je n y ai jamais cru avec leur taktika et le empire isis et lynda thalie arrête de croire au pere noel l,invasion culturel continue et le black se font violer grave Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Bannière
Publicité
Bannière

Commentaires les plus récents

RSS

MosaïZOOM

 

Étudier au Québec: gain pour Haïti, déficit en vue pour les Dominicains

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) - Pourquoi payer aussi cher en République Dominicaine quand les étudiants haïtiens, qui sont nombreux à se former en territoire voisin, peuvent se procurer un diplôme universitaire de meilleure qualité (standard nord-américain) et en français au Québec? C’est ce qui ressort grosso d’une publication signée François Jean-Denis, un professionnel montréalais qui se spécialise dans le domaine de l’immigration au Canada.

 

TOP 20 de la Diversité: un Palmarès encore plus impressionnant pour 2013

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) - Une nouvelle cuvée du prestigieux palmarès des "Plus Grandes Personnalités de la Diversité de l'Année" a été  révélée officiellement le 31 décembre. Cet exercice passionnant, qui est à sa deuxième édition, est le fruit d'une vaste enquête au cours de laquelle les réalisations de plus d'une centaine de leaders ont été scrutées à la loupe.

 

«Être chinois» crée du buzz au Québec

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) - Salle archi-comble le 15 février dernier au Centre communautaire et culturel chinois de Montréal! Tant à l'extérieur que dans les escaliers, voire dans la salle ou se déroulait la grande première du film «Être Chinois au Québec», c'était la cohue. On pouvait dénombrer entre 500 et 600 personnes, avait constaté sur place l’Agence de presse Médiamosaïque.

 

La recette du «cube Maggi» pour des fesses rondes et sexy

MONTRÉAL - Les fesses super rondes exhibées par certaines Africaines ne seraient pas toutes «naturelles». Ce n'est pas une blague, des Congolaises, pour la plupart, se serviraient du cube Maggi, très utilisé dans la cuisine tropicale, par voie anale pour arrondir leur postérieur.